Combattre la COVID19 avec l’humidification

 L’humidification des bâtiments est essentielle pour la santé des êtres humains.

L’humidification des bâtiments est essentielle pour la santé de toutes les personnes qui y vivent ou travaillent.

Le maintien d’une humidité relative dans les bureaux et les lieux de travail réduit le risque potentiel de transmission de maladies virales.

De nombreuses études scientifiques ont confirmé qu’une humidité relative intérieure comprise entre 40 et 60 % permettait de lutter contre la propagation des virus sur deux fronts :

  • Un air contenant 40 à 60 % d’humidité relative limitera la propagation et la survie de tout virus dont le nouveau coronavirus.
  • Un air humidifié à plus de 40 % d’humidité relative aidera à protéger les barrières muqueuses des êtres humains, entraînant une résistance accrue contre toute attaque microbienne.

Voici 3 des études scientifiques les plus pertinentes sur le sujet :

« Le maintien d’une humidité relative entre 40 % et 60 % dans l’environnement du bâtiment peut aider à limiter la propagation et la survie du SRAS-CoV-2 dans l’environnement bâti, tout en minimisant le risque de croissance des moisissures et en maintenant les barrières muqueuses hydratées et intactes des occupants. »
Lire Plus

Abstract from « 2019 Novel Coronavirus (COVID-19) Outbreak: A Review of the Current Literature and Built Environment (BE) Considerations to Reduce Transmission » by Leslie Dietz, Patrick F. Horve, David Coil, Mark Fretz, Kevin Van Den Wymelenberg, (2019)

« Des données suggèrent que les niveaux d’humidité absolue extérieure affectent les niveaux d’humidité intérieure et que de simples humidificateurs pourraient suffire à élever l’humidité absolue à des niveaux associés à une réduction significative de la survie du virus de la grippe. »
Lire plus

Abstract from « Influenza and humidity: Why a bit more damp may be good for you! » by Jane A. Metz, Adam Finn, (Journal of Infection (2015) 71, S54-S58)

« La relation entre l’inactivation et l’humidification relative n’était pas monotone, et on a constaté une plus grande survie ou un plus grand effet protecteur à une humidité relative faible (20%) et élevée (80%) qu’à une humidité relative modérée (50%). »
Lire plus

Abstract from « Effects of Air Temperature and Relative Humidity on Coronavirus Survival on Surfaces » by Lisa M. Casanova, Soyoung Jeon, William A. Rutala, David J. Weber, and Mark D. Sobsey, (2010)

 

Le SARS-CoV-2 est transmis par les aérosols 

 

Le CDC (Centers for Disease Control and Preventions) et l’OMS (Organisation mondiale de la santé) reconnaissent que « les agents pathogènes qui sont principalement transmis par contact proche (c’est-à-dire par contact et par gouttelettes) peuvent parfois aussi être transmis par voie aérienne dans des circonstances particulières ».

Une ventilation ou un traitement de l’air inadéquat permet une accumulation de petites gouttelettes respiratoires et de particules en suspension qui peuvent rester en suspension pendant près de 2 jours.

Plus la particule du virus est petite, plus la propagation sera longue et l’air humidifié agira directement pour arrêter la propagation. C’est ce qu’explique Makoto Tsubokura, chef d’équipe pour le calcul de la dynamique des fluides à l’université de Kobe et à l’institut RIKEN : « Lorsque les gouttelettes sortent de votre bouche, elles se mélangent à l’air et se dispersent. Mais lorsque l’air est sec, les gouttelettes s’évaporent plus rapidement. À mesure qu’elles s’évaporent, ce que nous appelons l’aérosolisation progresse. Ainsi, les gouttelettes qui seraient tombées sur le bureau se dispersent davantage si l’air est sec, « 

En conclusion, maintenir l’humidité de l’air entre 40% et 60% à l’intérieur permettrait de mieux lutter contre les coronavirus en réduisant la contamination par les aérosols.

Comment l’air humidifié peut-il aider ?

Au-delà de 30 % d’humidité relative, les défenses du corps humain sont plus fortes.
Un air trop sec peut nuire à la santé à cause de la déshydratation, et provoquer une augmentation de la quantité de poussière dans un bâtiment.

 

L’humidité est une condition essentielle au bien-être : 
Un air humidifié protège le corps humain et prévient la sécheresse de la peau, des yeux et des poumons.

 

  • La peau est notre première barrière corporelle qui doit être hydratée pour éviter les démangeaisons,  et les saignements.
  • Les larmes protègent nos yeux des contaminants extérieurs.
  • Un nez sec, une gorge sèche ou des poumons secs peuvent augmenter le risque d’infections respiratoires.

 

Notre corps contenant au moins 65% d’eau, un air humidifié est essentiel pour maintenir l’hydratation et éviter les problèmes.

 

ASHRAE Epidemic Task Force

 

 

Il a été démontré que l’air sec, inférieur à 40 % d’humidité relative :

    • Réduit les fonctions du système immunitaire sain (épithélium respiratoire, peau, etc.)
    • Augmente la transmission de certains virus et gouttelettes en suspension dans l’air (COVID-19 encore à l’étude)
    • Augmente la durée de vie des pathogènes
    • Diminue l’efficacité de l’hygiène des mains et du nettoyage des surfaces en raison de la recontamination des surfaces ou du séchage trop rapide des désinfectants

Grâce aux récentes études de l’ASHRAE, une organisation technique internationale dans le domaine du génie thermique et climatique, nous disposons de plus d’informations et de nouvelles orientations pour les systèmes de CVC afin d’aider à atténuer la transmission du SARS-CoV-2. 

Plus d’informations

 

Isothermique ou adiabatique ?

L’humidification d’un environnement agit donc directement sur la transmission de COVID-19 en réduisant la contamination par les aérosols. Cependant, pour atteindre ce résultat, les technologies ne sont pas égales : l’humidification adiabatique est-elle égale à l’humidification isotherme ?

 

 

 L’humidification isotherme produit de la vapeur chaude à partir d’eau bouillante. Théoriquement, l’air ne subit aucune variation de température (s’il n’y a pas de facteur de condensation de la vapeur d’eau). Avec l’humidification isotherme, la vapeur à 212F injectée dans l’air va tuer toutes les particules pathogènes (bactéries ou virus) présentes. Elle est pure, stérile et il n’y a aucun risque supplémentaire de contamination car elle sera tuée par l’eau bouillante.

 

 

 Alors que l’humidification adiabatique est une humidification par évaporation de l’eau sur la surface libre, par l’apport d’énergie sensible de l’air. L’air est refroidi et humidifié : il a perdu de l’énergie sensible et gagné de l’énergie latente, l’énergie totale est restée égale. L’humidification adiabatique utilise la vaporisation d’eau froide en prélevant l’énergie de l’air. Il existe de nombreuses stratégies pour réduire les particules pathogènes lors de l’utilisation d’un humidificateur adiabatique, comme les atomiseurs ou les évaporateurs de type média. Agissant sur l’eau elle-même avec filtration ou purification comme l’eau déionisée, la désinfection par UV réduira le risque de contamination. Malheureusement, l’eau décontaminée ou désinfectée vaporisée dans l’air ne pourra pas éliminer les particules pathogènes, elle ne fera que les prendre et les transporter dans l’air. 

 

 

                                 

      Nous devons conclure que l’humidification isotherme est une meilleure solution pour lutter contre la COVID-19 puisque la vapeur chaude injectée dans l’air tuera les particules du virus en contact direct.                     

      

                                                                                                                                                                Contactez-nous